Abbaye de Pontigny - Yonne Bourgogne
in

Retour vers le futur à l’Abbaye de Pontigny

Le XIIème siècle en ligne de mire pour un projet d’Avenir

La fondation construit une passerelle de 900 ans.

François Schneider et son équipe ont tenu une conférence de Presse ce 17 décembre courant. Ils ont apporté des précisions concernant le rachat des bâtiments et terrains qui jouxtent l’Abbaye de Pontigny.

L’homme d’affaires jovinien parle d’une société mère et de ses quarante filles (comprenez filiales). L’Abbaye de Pontigny est un outil extraordinaire car il est construit sur des valeurs respectueuses de la Terre. La population locale est intégrée et bénéficie directement du développement du site. Un résultat hors du commun puisque le rayonnement de l’Abbaye de Pontigny se construit sans internet, sans voiture, sans téléphone … Nous sommes au XIIème siècle.

En nous parlant de cette genèse de l’abbaye de Pontigny avec passion, François Schneider évoque une Histoire qui doit dicter la conduite à tenir dans la reconstruction des dépendances et jardins. Comme par le passé, la fondation qui porte son nom devra « réunir toutes les forces vives, toutes les passions ». De plus, elle bénéficiera des savoirs, des moyens de communication et de financement modernes. Selon François Schneider, le résultat dépassera toutes les attentes même si l’objectif n’est assurément pas de récréer quarante filiales au XXIème siècle.

La fondation, ange ou démon ?

On a bien entendu les voies des détracteurs qui défendaient un autre projet avec force. Les oppositions risquent de s’amplifier en découvrant que la splendide Abbaye de Pontigny entrera bien dans le périmètre du projet.

En effet, même si elle n’est pas acquise par la fondation, on comprend bien que la mairie de Pontigny sera vraisemblablement amenée à signer un bail emphytéotique pour permettre l’exploitation du site. La Fondation rassure néanmoins en réaffirmant publiquement sa volonté de respecter la tenue des offices religieux.

Actuellement, la Fondation est engagée par une simple promesse d’achat et un dépôt qui représenterait environ 250 000 €. Plus concrètement, si elle ne devait pas sceller les partenariats commerciaux engagés et recueillir le concours financier d’entreprises, le projet de la terre tomberait à l’eau. L’abbaye resterait alors dans le giron du Conseil Régional.

Mais soyons réalistes !

L’engagement de cette Fondation est assurément d’œuvrer dans le respect des valeurs qui ont fait Pontigny au XIIème siècle. Et la volonté affichée est d’avancer avec les populations locales.

Au lendemain de la décision du Conseil Régional, la Fondation François Schneider a fait une grosse partie du chemin. En effet, les institutions, les structures de tourisme, les entrepreneurs et agriculteurs locaux ont compris la portée territoriale de ce projet et le soutiennent à deux mains. Nous savons également que la majorité des financements est sur le point de se débloquer.  Mais les entreprises locales devront montrer leur intérêt en s’engageant au côté de cet investisseur providentiel.

Monsieur Schneider martèle ses convictions : Il ne veut pas privatiser un patrimoine historique au service des gens aisés. Le projet est de bâtir un lieu haut de gamme en matière de bien-être et de modernité écologique destiné au rayonnement international de l’Abbaye de Pontigny. Plusieurs projets vont en ce sens : Les cultures nourricières bio et innovantes en partenariat avec les agriculteurs locaux. Ce sont aussi, l’Art, le Musée, la mise en valeur du Chablis et les conférences sur l’état de la Terre dans l’esprit d’un ‘Davos’ de l’Yonne !

Avec Guédelon et Vézelay, l’Yonne devrait donc disposer d’une troisième destination en capacité de drainer plus de 400 000 personnes par an à l’horizon 2023-2024.

Qu'est-ce que tu penses ?

Laisser un commentaire

Troyes en habits de lumière

Le Grand lavoir de la Porterne à Brienon sur armançon - Photo août 2014

Brienon-sur-Armançon et ses quatre lavoirs